Une boulangerie solidaire à Nantes

« Ma part du gateau », c’est souvent ce que l’on exige pour un travail fourni. Chacun souhaite l’obtenir et plutôt une belle part.

Pour Richard Ponthou c’est surtout un virage professionnel complet. Cet ancien conseiller-formateur vient d’ouvrir à Nantes en début d’année la première boulangerie solidaire de l’ouest de la France.

Pour lui « Ma part du gâteau » fait référence à l’ouvrage« l’anti-manuel d’économie » de Bernard Maris qui écrit : « Il doit être clair au terme de cet Antimanuel que la gratuité et la solidarité font la croissance, l’invention de la richesse malgré la concurrence, essentiellement inefficace ». p.349

Un projet qui s’inscrit dans le cadre de l’économie solidaire…

Richard Ponthou -qui n’est pas boulanger de métier- pose le cadre économique du projet : « Je ne suis pas dans l’économie pour l’économie, mais je veux donner du sens à l’économie ». Il imagine donc son projet comme une innovation sociale et solidaire en lui donnant le statut d’entreprise d’insertion. Pour faire émerger son projet il s’appuie sur le savoir-faire des « Ecossolies » , un incubateur destiné aux porteurs de projets qui souhaitent s’investir dans une démarche de coopération et d’innovation sociale. Il bénéficie également du soutien de la Nef , une coopérative financière dont les valeurs sont de défendre l’utilité sociale, écologique et/ou ciulturelle des projets qu’elle finance.

Conventionnée par l’état, aujourd’hui la boulangerie emploie 7 salariés dont 4 sont en parcours d’insertion professionnelle.

…et du développement durable aussi.

La démarche de son gérant ne s’arrête pas là. Il essaye aussi d’avoir une démarche de développement durable et favorise les circuits courts dans ses approvisionnements. Il a aussi récupéré le mobilier de la boutique et la vaisselle dans des ressourceries.

des produits diversifiés

Ce commerce situé sur un axe passant de Nantes et près de la zone d’activité au Nord de la ville ne produit pas que du pain ou des viennoiseries. La boutique fabrique également à une échelle artisanale de la pâtisserie, des sandwiches et des plats cuisinés. Une salle de 50 places permet de se restaurer sur place. D’ailleurs Richard Ponthou fait le constat que l’activité de restauration marche mieux que la vente du pain. Globalement les résultats sont à la hauteur puisqu’il déclare être au-dessus de son prévisionnel financier.

Si l’activité devient pérenne, la boulangerie solidaire pourrait être un modèle d’entreprise sociale à l’avenir prometteur et qui peut certainement s’appliquer à d’autres secteurs de l’activité commerciale avec un peu d’imagination et beaucoup de volonté.

Ma Part du Gâteau

​50 bd Einstein

44300 Nantes

Tél. : 07 81 57 27 41


Vous pouvez suivre l’actualité de la boutique sur sa page Facebook.

Vous pouvez également écouter une interview de Richard Ponthou sur le site de Sun Radio en suivant ce lien.